ANCIENS DU RICM
Site officiel de l'association nationale

NÉCROLOGIE

Cette page est destinée à conserver le souvenir de nos Anciens disparus, et de leur épouse, qui demeureront ainsi bien présents pour chacun de ceux que les ont connus ou croisés un jour.

Pour certains d'entre eux, nous n'oublierons pas qu'ils furent d'authentiques héros et de brillants et beaux soldats de notre République et de notre Patrie.

Les familles qui le souhaitent peuvent nous adresser quelques photos anciennes des défunts (en tenue militaire de préférence, quelle qu'elle soit).

«Le vrai tombeau des morts c'est le coeur des vivants» (Jean COCTEAU).

Recherche dans la page :

2020

Jacques BONALDI, Daniel CHARLEMAIGNE, Gérard CLAMENS, Jean CLÉRAMBAULT, Hélène DEPRÉ, Michel FAVRE, Zina FENEUX, Marie-France GARAYT, Jacques LAJOIE, André LECLERCQ, Christian LELORRAIN, Guy MONTEIRO, Armand PARADEIS, René PROUST, Roger RACLE, René RENNES, Philippe ROBERT, Raymond SCHMIT, Jean-Claude SÉGAUD, Walter VESTER,

2019

Auguste BOEUF, Jean Eugène BERNARD, Paulette BERNARD, André BERTRAND, Christian BESSON, Henri BOISTAULT, Jean BOHNERT, Raymond BORNEK, Jacques BOURQUIN, Jean COUCHOT, Robert DAUBA, Michel DEMETTRE, Christiane DERIVIÈRE, Denis FIOL, Gilles GABORY, Suzanne GABRIELLI, Maurice HASNIER, René HYARDIN Henri JACOULET, Jean JACQUOT, Olivier LE CAM, Jean-Marie LEGERON, Eric LELOUP, Christophe MARQUAILLE, Micheline MONCE, Joseph MURACCIOLE, Claude NEBECKER, Ernest PELLEAU, Roger TALVAS, Albert TONOLI Franco URBINI, Pierre VEYRIER
RENÉ PROUST | 1926-2020

RENÉ PROUST

1926-2020

09-07-2020 - 23:20

Un grand Ancien de la 4e Section nous a quittés. René PROUST, sergent en retraite, s'est éteint le jeudi 2 juillet 2020. Il était dans sa 94e année.

Volontaire pour servir dans les troupes coloniales, c'est en Allemagne, au RCCC, que René PROUST entame sa brève carrière militaire en 1947. Rapidement nommé sergent, il rejoint le RICM en Indochine en mars 1948. Affecté au 5e escadron (2e peloton) comme chef de bord sur scout-car, il se distingue d'emblée par son courage, son sang-froid et son esprit de décision au cours de différents engagements contre l'ennemi. Blessé une première fois à la main en juillet 1948, il est cité à l'ordre du corps d'armée.

Le 16 novembre suivant, au cours d'une ouverture de route sur la sinistre et mortelle RC4, entre Cao-Bang et Bak-Kan, pris dans une embuscade, son véhicule saute sur plusieurs mines. René PROUST est grièvement blessé par éclats, à la tête et au thorax; son bras droit est arraché. Evacué sanitaire, il lui faudra une très longue convalescence pour surmonter cette terrible épreuve qui le rendra inapte au service en unité de combat. Pour cette dernière action, il est cité à l'ordre de l'armée. En fin de contrat, il quittera alors l'institution militaire.

René PROUST était officier de la Légion d'honneur, médaillé militaire et titulaire, entre autres décorations, de la croix de guerre des TOE avec deux citations.

Ses obsèques se sont déroulées le mardi 7 juillet 2020, en l'église Saint-Paul de Mireuil à La Rochelle (17000), en présence du drapeau de la 4e Section, porté par Éric MARTIN, entouré par Joseph DUPEYRON (président de la 4S), Michel CORBIN (vice-président), Lionel BOULIN, Loïc DUHALDEBORDE, Fabien LEBRUN et Guy PRÉVORS.

L'ANA RICM renouvelle ici ses sincères condoléances à la famille avec laquelle elle partage le chagrin de cette disparition.

CHRISTIAN LELORRAIN | 1934-2020

CHRISTIAN LELORRAIN

1934-2020

17-06-2020 - 15:30

C'est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de M. Christian LELORRAIN, survenu le mercredi 3 juin 2020. Il était dans sa 86e année.

Engagé au titre des troupes coloniales au début de l'année 1954, Christian LELORRAIN fait ses classes au RCCC en Allemagne. Volontaire pour servir en Indochine, il débarque au Tonkin au mois de mars pour être affecté au RICM. C'est au 3e escadron qu'il va devenir un vrai marsouin et un authentique combattant.

En avril 1956, le RICM quitte l’Indochine et rejoint l’Algérie pour une autre guerre qui tardera longtemps à dire son nom. Christian LELORRAIN est toujours sur les rangs du 3e escadron et là encore, il se montre un soldat digne de ce nom, fidèle à ses chefs et à la mission reçue.

En avril 1957, arrivé en fin de contrat, il quitte l’armée pour suivre un autre chemin. Ainsi va la vie !

Cependant, Christian LELORRAIN n'a jamais oublié cette brève et intense aventure de jeunesse au sein d’un régiment d’élite et, en 1997, à 63 ans, il rejoint donc notre association nationale et sa Section de la région parisienne. Rapidement, il en devient le porte-drapeau et participe fidèlement à toutes les activités locales et nationales. Seule la maladie peu à peu nous privera de sa présence et de sa chaleureuse amitié.

Il était titulaire, entre autres décorations, de la croix du Combattant volontaire et de la croix du Combattant.

Ses obsèques se sont déroulées ce jour, mercredi 17 juin 2020, en l'église Saint-Sulpice de Montsoult (95560), en présence de ses fidèles camarades de la 1re Section: Roland CAMPANA, Marcel DARTINET (avec le drapeau de la 1re Section), Jean-Pierre PRÉ (avec le drapeau national), Bernard SALÉ et Pierre WEBER (avec le drapeau de la FNAOM-ACTDM).

L'ANA RICM présente ses sincères condoléances à ceux qui étaient ses proches les plus affectueux et s'associent à leur peine.

Cette disparition est l'occasion de rappeler ici que son frère aîné Fernand, décédé le 14 janvier 2014, avait lui aussi servi au RICM et au 3e escadron, en Indochine, entre 1949 et 1951.

ANDRÉ LECLERCQ | 1938-2020

ANDRÉ LECLERCQ

1938-2020

05-06-2020 - 19:50

La 1re Section est de nouveau en deuil avec le décès de M. André LECLERCQ, survenu le samedi 30 mai 2020. Il était dans sa 83e année.

Appelé du contingent, le marsouin LECLERCQ avait servi au RICM, en Algérie, de septembre 1960 à novembre 1961, comme mécanicien au peloton entretien-réparation (PER) de l'ECS.

Il était titulaire de la croix du Combattant, du titre de reconnaissance de la Nation et de la médaille commémorative des opérations de sécurité et de maintien de l'ordre en afrique du nord.

Par ailleurs, André LECLERCQ était membre de la garde d'honneur de Notre-Dame-de-Lorette.

Compte-tenu des conditions sanitaires actuelles, ses obsèques se sont déroulées le mercredi 3 juin 2020, en l'église Saint-Pierre de Humbert (62650), dans la plus stricte intimité familiale.

L'ANA RICM s'associe à la peine de sa famille à laquelle elle présente ses sincères condoléances.

PHILIPPE ROBERT | 1934-2020

PHILIPPE ROBERT

1934-2020

04-06-2020 - 19:45

La 1re Section nous a annoncé le décès, survenu le mardi 26 mai 2020, de M. Philippe ROBERT, colonel en retraite. Il était dans sa 86e année.

Saint-cyrien de la promotion "Général Laperrine" (1956-1958), Philippe ROBERT choisit les troupes coloniales à l'issue de sa formation à Coëtquidan, avant de rejoindre Saumur pour s'y spécialiser dans la fonction "Blindé".

Affecté en Algérie dans une unité de combat, il est cité à l'ordre de la division pour s'être distingué au feu.

En 1963, il est muté au RICM, à Vannes, où il commande un peloton d'AML au 3e escadron. En 1965, il passe au 1er escadron comme adjoint du commandant d'unité puis commande cet escadron de 1967 à 1969. En janvier 1969, sur les rangs de l'ECS, il est pour quelques mois officier des sports, avant de quitter le régiment.

Outre l'Algérie, il a également servi en Côte d'Ivoire, au Liban et au Tchad.

Le colonel (er) Philippe ROBERT était chevalier de la Légion d'honneur, officier de l'Ordre national du Mérite et titulaire, entre autres décorations, de la croix de la Valeur militaire avec un fait de guerre.

Compte-tenu des conditions sanitaires actuelles, ses obsèques se sont déroulées le mardi 2 juin 2020, en l'église Saint-Pierre-Saint-Paul d'Évry (91000), dans la plus stricte intimité familiale.

L'ANA RICM s'associe à la peine de sa grande famille à laquelle elle présente ses sincères condoléances.

DANIEL CHARLEMAIGNE | 1939-2020

DANIEL CHARLEMAIGNE

1939-2020

27-05-2020 - 17:00

La 1re Section nous a fait part du décès, survenu le jeudi 21 mai 2020, de M. Daniel CHARLEMAIGNE qui allait avoir 81 ans.

Appelé du contingent, le caporal-chef Daniel CHARLEMAIGNE avait servi au RICM, en Algérie, de décembre 1959 à octobre 1961, comme mécanicien au peloton entretien-réparation (PER) de l'ECS.

Il était titulaire de la croix du Combattant, du titre de reconnaissance de la Nation et de la médaille commémorative des opérations de sécurité et de maintien de l'ordre en afrique du nord.

Compte-tenu des conditions sanitaires actuelles, ses obsèques se sont déroulées ce mercredi 27 mai 2020, en l'église Saint-Jacques de Grande-Synthe (59760), dans la plus stricte intimité familiale.

L'ANA RICM s'associe à la peine de sa famille à laquelle elle présente ses sincères condoléances.

MICHEL FAVRE | 1944-2020

MICHEL FAVRE

1944-2020

26-05-2020 - 23:20

Nous avons appris avec tristesse le décès de M. Michel FAVRE, Ami du RICM et membre de la 1re Section, survenu le vendredi 15 mai 2020. Il était dans sa 76e année.

Michel FAVRE avait rejoint notre association en 2000 — avec sa compagne Mme Claudine FER — et, depuis cette date, ils participaient tous deux régulièrement aux assemblées générales de la Section et aux congrès de l'ANA RICM.

Compte-tenu des conditions sanitaires actuelles, son inhumation a eu lieu ce mardi 26 mai 2020, au cimetière de Pantin (93500), dans la plus stricte intimité familiale.

Les Anciens du RICM présentent leurs sincères condoléances à sa compagne et aux proches de cet Ami du RICM et s'associent à leur peine.

RAYMOND SCHMIT | 1935-2020

RAYMOND SCHMIT

1935-2020

24-05-2020 - 15:30

C'est avec tristesse que la 1re Section vient de nous annoncer le décès, survenu le dimanche 17 mai 2020, de M. Raymond SCHMIT, lieutenant-colonel honoraire. Il était dans sa 86e année.

Engagé au titre des troupes coloniales, spécialité "Blindé", Raymond SCHMIT rejoint en 1954 le 3e escadron du régiment blindé colonial d'extrême-orient (RBCEO) en Indochine. A la dissolution de ce régiment, en mars 1955, avec son escadron qui prend le numéro 8, il est muté au RICM. Avec le régiment, il débarque en Algérie le 30 avril 1956 et le lendemain, 1er mai 1956, le 8e escadron de chasseurs de chars devient le 8e escadron de reconnaissance.

Après son passage au RICM comme sous-officier (1956-1959), Raymond SCHMIT accède à l'épaulette et sert dans différentes unités. En 1979, il est engagé au Liban où il est cité à l'ordre de la division.

Après 30 ans de service et 15 ans de réserve, il est admis à l'honorariat de son grade.

Le lieutenant-colonel (H) Raymond SCHMIT était chevalier de la Légion d'honneur, chevalier de l'Ordre national du Mérite et titulaire, entre autres décorations, de la croix de la Valeur militaire.

Compte-tenu des conditions sanitaires actuelles, ses obsèques se sont déroulées le vendredi 22 mai 2020, au funérarium de Thionville (57100), où a eu lieu la crémation, dans la plus stricte intimité familiale.

L'ANA RICM présente ses sincères condoléances à la famille du défunt et partage sa peine dans cette difficile épreuve.

JEAN-CLAUDE SEGAUD | 1937-2020

JEAN-CLAUDE SEGAUD

1937-2020

12-05-2020 - 02:00

La 4e Section vient de nous annoncer le décès, le mardi 7 avril 2020, de M. Jean-Claude SEGAUD, marsouin de 2e classe, qui n'était plus membre de notre association depuis quelque temps. Il venait d'avoir 83 ans.

Engagé volontaire au titre des troupes coloniales, Jean-Claude SEGAUD rejoint le RICM en Indochine en décembre 1955 pour être affecté au 8e escadron stationné alors à Hang-Tong-Tay (Région de Saïgon).

Le 9 avril 1956, il embarque avec son escadron à destination de l'Afrique du nord et débarque en Algérie le 30 avril. Il participe à de nombreuses opérations et pour son courage au feu lors d'actions de combat, il est cité à l'ordre de la brigade en mai 1957. Ne souhaitant pas rengager, il quitte le RICM en novembre de cette même année.

Le marsouin de 2e classe Jean-Claude SEGAUD était médaillé militaire et titulaire, entre autres décorations, de la croix de la Valeur militaire et de la croix du Combattant.

Compte-tenu des conditions sanitaires actuelles et du confinement généralisé, ses obsèques se sont déroulées le vendredi 10 avril 2020 en l'église d'Arès (33740), dans la plus stricte intimité familiale.

L'ANA RICM s'associe à la peine de la famille plongée dans la douleur de cette disparition.

MARIE-FRANCE GARAYT | 19..-2020

MARIE-FRANCE GARAYT

19..-2020

24-04-2020 - 18:25

Nos camarades de la 5e Section viennent de nous apprendre le décès, à la suite d'une longue maladie, de Mme Marie-France GARAYT, la regrettée épouse de notre frère d'armes Gilles GARAYT, caporal-chef en retraite, membre de cette Section.

Compte-tenu des conditions sanitaires actuelles et du confinement généralisé, ses obsèques se sont déroulées ce jour, vendredi 24 avril 2020 à Loriol-sur-Drôme (26270), dans la plus stricte intimité familiale.

L'ANA RICM s'associe avec émotion au deuil de la famille face à cette cruelle disparition et partage le chagrin de notre camarade éprouvé.

JEAN CLÉRAMBAULT | 1924-2020

JEAN CLÉRAMBAULT

1924-2020

24-04-2020 - 12:25

Un très grand Ancien de la 1re Section vient de nous quitter. M. Jean CLÉRAMBAULT, marsouin de 1re classe, est décédé le jeudi 16 avril 2020. Il allait avoir 96 ans.

A 17 ans, désireux de rejoindre la France combattante, Jean CLÉRAMBAULT s'engage pour la durée de la guerre au titre des troupes coloniales. En août 1941, il est envoyé au Maroc où il suit une période d'instruction. En mars 1942, il est affecté au RICM.

Après la réorganisation du régiment d'infanterie en régiment de reconnaissance de la 9e DIC, il sert au 3e escadron avec lequel il participe au débarquement de Provence et aux campagnes de France et d'Allemagne. Il est cité à l'ordre de la division pour son courage au feu.

En décembre 1945, avec son unité, il s'embarque pour l'Indochine où il participe activement aux opérations de pacification qui se succèdent pour reprendre le contrôle de la Cochinchine et du Sud-Annam avant de rejoindre le Tonkin.

En fin de contrat, il quitte le RICM et l'Indochine en février 1947 pour être démobilisé à son retour en métropole.

M. Jean CLÉRAMBAULT était médaillé militaire, chevalier de l'Ordre national du Mérite et titulaire, entre autres décorations, de la croix de guerre 1939-1945 avec un fait de guerre. Pour l'anecdote, c'est le général Marcel BIGEARD qui lui avait remis la Médaille militaire en 1990.

Compte-tenu des conditions sanitaires actuelles et du confinement généralisé, ses obsèques se sont déroulées le jeudi 23 avril 2020 en l'église de Trun (61160), dans la plus stricte intimité familiale.

L'ANA RICM partage la peine de la famille de notre grand Ancien qui n'avait pas hésité, au péril de sa vie, à prendre les armes pour libérer la Patrie. Il restera un exemple pour les générations futures.

GÉRARD CLAMENS | 1928-2020

GÉRARD CLAMENS

1928-2020

24-04-2020 - 00:15

La 4e Section nous a annoncé avec une grande tristesse le décès de M. Gérard CLAMENS, colonel honoraire, survenu le mercredi 15 avril 2020. Il venait d'entrer dans sa 93e année.

En novembre 1946, Gérard CLAMENS s'engage au titre du régiment colonial de chasseurs de chars (RCCC) stationné à Ravensburg (Allemagne). Qualifié pour le combat blindé, il est rapidement nommé sergent et rejoint le corps expéditionnaire français en Extrême-Orient (CFEO) en janvier 1949. Affecté au régiment d'infanterie coloniale du Maroc (RICM), il sert au 1er escadron puis, comme chef de patrouille, au sein de la flottille de jonques armées basée à An Khé. Flottille qui se couvrira de gloire dans cette mission, inhabituelle pour des marsouins blindés, mais adaptée à la zone fluviale et côtière dans laquelle ils évoluent. Au cours de ce séjour, Gérard CLAMENS est cité pour sa détermination et son courage au feu.

Il retrouve le RCCC en septembre 1951, à Mülheim cette fois. De mai à octobre 1952, il est détaché à l'école militaire de Strasbourg, au peloton préparatoire à l'école spéciale militaire interarmes (PPESMIA), puis il suit le cours des élèves-officiers de réserve (EOR) à Saumur à partir de novembre 1952. Nommé sous-lieutenant, il va désormais servir comme officier de réserve en situation d'activité (ORSA). Après une brève affectation à Fréjus, au groupement d'instruction des troupes coloniales en métropole (GITCM), il s'envole pour l'Indochine où il débarque en décembre 1953 pour servir une nouvelle fois au RICM; il y commande le 1er peloton du 9e escadron motorisé (GMC). Le 14 juin 1954, au cours d'une reconnaissance dans la région de Sontay, il tombe dans une embuscade au cours de laquelle il est blessé. Une nouvelle fois il est cité, à l'ordre du corps d'armée.

En septembre 1955, il est à Nîmes, à l'escadron d'instruction blindé colonial d'instruction (EBCI) mais dès le mois d'août suivant il débarque en Algérie, affecté au 21e RIC. En novembre 1956, avec son régiment, il participe à l'opération Mousquetaire destinée à reprendre le canal de Suez aux Egyptiens; cette opération ne sera pas menée à son terme. Sur ce théâtre d'opérations nord-africain, pour son action comme chef de peloton, officier renseignement et commandant d'escadron, il est de nouveau cité.

De septembre 1957 à juin 1958, il suit le stage d'activation à l'école d'application de l'infanterie (EAI) de Saint-Maixent et deviendra officier d'active en octobre 1958. En juillet 1958, il a retrouvé le théâtre d'opérations algérien au 15e régiment de tirailleurs sénégalais (RTS) qui devient 75e RIMa le 1er décembre 1958. Une quatrième citation vient s'ajouter aux précédentes.

Sans transition, il est affecté au 6e RIAOM stationné en république centrafricaine en novembre 1959 puis est muté au 11e escadron blindé d'infanterie de marine stationné au Cameroun en juin 1960.

En 1962, de retour en métropole, il est affecté au 16e RIMa à Angoulême où il est promu capitaine en avril 1963. En 1964, il est muté à l'école militaire de l'infanterie de Montpellier où il commande, entre autres, une compagnie d'instruction.

Placé en disponibilité en 1967, il est admis dans le cadre des officiers de réserve à compter du 1er décembre 1968. Affecté pour emploi à l'état-major de la 42e division militaire de Poitiers, il sert au centre mobilisateur de Niort puis au 114e RI de Saint-Maixent. En 1985, il souscrit un engagement au titre du service de défense; il est nommé contrôleur départemental des ressources (Deux-Sèvres).

Au cours de cette période dans la réserve, il est successivement promu chef de bataillon, lieutenant-colonel et colonel. Il sera admis à l'honorariat de ce dernier grade en avril 1989.

Le colonel Gérard CLAMENS était commandeur de la Légion d'honneur, officier de l'Ordre national du Mérite et titulaire, entre autres nombreuses décorations, de la croix de guerre des TOE et de la croix de la Valeur militaire avec cinq titres de guerre.

N'ayant pas oublié le RICM après cette longue carrière comme cadre d'active puis de réserve, le colonel CLAMENS avait assumé pendant plusieurs années les responsabilités de président de la 4e Section des Anciens du RICM (Sud-Ouest).

Compte-tenu des conditions sanitaires actuelles et du confinement généralisé, les obsèques se sont déroulées le vendredi 17 avril 2020 à La Villedieu (17470), dans la plus stricte intimité familiale.

L'ANA RICM s'associe à la peine de la famille de ce grand Ancien qui restera un bel exemple d'engagement au service du pays.

ROGER RACLE | 1924-2020

ROGER RACLE

1924-2020

07-04-2020 - 10:30

L'un des quatre derniers grands Anciens du GEP vient de nous quitter, victime du Covid-19. M. Roger RACLE, marsouin de 2cl, s'est éteint le samedi 4 avril 2020 dans sa 96e année.

En juillet 1944, à l'appel de la Résistance, Roger RACLE rejoint le maquis de regroupement du Lomont. Le 16 septembre 1944, engagé pour la durée de la guerre, il quitte ce maquis avec 300 autres volontaires commandés par le capitaine SARTOUT pour former le Groupe d'Escadrons Portés (GEP) qui doit servir d'infanterie au RICM.

Avec le 5e escadron porté (4e peloton commandé par l'adjudant-chef LOONIS), il débute la campagne d'Alsace mais dès le 19 novembre 1944, à Suarce, il est blessé par balle. De retour à son unité deux mois plus tard, il retrouve le combat qui se déroule maintenant en Allemagne. Le 14 avril 1945, à Menprechtoffen, il est de nouveau blessé, gravement cette fois, et quitte le front. Pour lui, la guerre est terminée et il est évacué à Mende (Lozère). Suite à cette blessure, il est réformé et démobilisé à la fin de l'année 1945. Les violents combats auxquels il a participé lui ont permis de se distinguer et, pour son courage et son allant, deux citations à l'ordre du régiment lui ont été attribuées.

M. Roger RACLE était officier de la Légion d'honneur, médaillé militaire et titulaire, entre autres, de la croix de guerre 39-45 avec deux faits de guerre.

Il n'est pas banal de rappeler ici que c'est sa propre épouse Yvette qui, le 18 octobre 2014, lui a remis la rosette de la Légion d'honneur; elle-même décorée de cette prestigieuse distinction et citée à l'ordre de l'armée pour faits de résistance et déportation.

Compte-tenu des conditions sanitaires actuelles et du confinement généralisé, les obsèques se sont déroulées dans la plus stricte intimité à Valentigney (25700), le lundi 6 avril 2020. Le drapeau de l'ex-6e Section, dont notre grand Ancien avait la garde, était porté par son fils Jean-Michel. Qu'il en soit remercié !

C'est avec une profonde tristesse que l'ANA RICM s'associe à la peine de la famille de notre grand Ancien qui restera, avec ses frères d'armes disparus, l'exemple ultime d'abnégation et d'engagement désintéressé, au risque de sa vie, pour servir la Patrie.

GUY MONTEIRO | 1955-2020

GUY MONTEIRO

1955-2020

05-04-2020 - 15:30

Les Anciens du RICM et ses frères d'armes du 1er escadron (77-79) ont appris avec tristesse le décès de M. Guy MONTEIRO dit "Yéyé", caporal-chef en retraite, survenu le jeudi 2 avril 2020 à la suite d'un AVC et d'une contamination au COVID-19. Il était dans sa 65e année et n'appartenait plus à notre association depuis quelque temps.

Engagé au titre du RICM en 1976, Guy MONTEIRO avait rejoint le 1er escadron après ses classes à Meucon. En 1978, au Liban, avec son unité, comme pilote AML au sein du peloton DESCAMPS, il avait participé à l'opération HIPPOCAMPE, dans le cadre de la FINUL. La même année, avec son escadron, il avait été projeté au Tchad, dans le cadre de l'opération TACAUD. Son courage au feu lors de la bataille d'Abéché (5 mars 1979) lui avait valu d'être cité à l'ordre du régiment.

Au RICM, jusqu'en janvier 1993, date de son départ de l'institution militaire, il avait également servi aux 2e et 3e escadrons et à l'ECS, soit comme pilote ou tireur AML soit comme chef d'escouade .

Outre le Liban et le Tchad, sa carrière militaire s'était déroulée en séjours ou en missions de courte durée, en République de Côte d'Ivoire, en République centrafricaine, au Sénégal, au Gabon et à Djibouti.

Guy MONTEIRO était médaillé militaire et titulaire, entre autres, de la croix de la Valeur militaire avec un fait de guerre et de la croix du Combattant.

Compte-tenu des conditions sanitaires actuelles et du confinement généralisé, ses obsèques se dérouleront à une date qui reste à déterminer après la fin de ce confinememnt.

L'ANA RICM présente ses condoléances affligées à la famille de notre camarade avec laquelle elle partage un profond chagrin.

WALTER VESTER | 1934-2020

WALTER VESTER

1934-2020

04-04-2020 - 22:50

L'ANA RICM est en deuil avec la disparition de M. Walter VESTER, lieutenant-colonel en retraite, survenue après une longue maladie le lundi 30 mars 2020. Il était dans sa 86e année.

En 1954, Walter VESTER s'engage au titre de l'école des sous-officiers de Cherchell implantée en Algérie. Major de sa promotion, il choisit les troupes coloniales et rejoint le 110e RIC à Constance (Allemagne). Muté ensuite au RCCC stationné à Mülheim (Allemagne), il est projeté en Algérie avec le bataillon de marche de ce corps et participe en novembre 1956 à l'opération Mousquetaire qui prévoyait un débarquement en Egypte. Au cours de cette période, comme caporal-chef puis sergent, chef de groupe de combat, il est cité à l'ordre du régiment.

En 1957, promu sergent-chef, candidat à l'épaulette, il suit le cours du PPESMIA à l'école militaire de Strasbourg et en sort major en 1959. Après sa formation d'officier à l'ESMIA de Coêtquidan, au sein de la promotion Bugeaud, deuxième de sa série, il choisit l'infanterie de marine spécialité Blindé. En 1961, nommé sous-lieutenant, il est affecté au RICM stationné dans la région de Tlemcen et prend le commandement d'un peloton. Une nouvelle citation à l'ordre du régiment vient témoigner de ses qualités de chef au combat.

A partir de 1962, sa carrière militaire va se partager entre séjours outre-mer et affectations en métropole. Il sert ainsi au Niger (43e EBIMa, 62-65), au Sénégal (1er RIAOM, 69-71) — où il commande l'escadron blindé, au Tchad (AMT/GNNT, 74-77) — où il est promu chef de bataillon, au Cameroun (Adjoint attaché de défense, 80-81), au Gabon enfin (AMT, 83-85). Entre ces séjours en Afrique, il est affecté successivement à Carpiagne (CIABC, 65-69) — où promu capitaine il commande le 8e escadron, à Vannes (RICM/BOI, 71-74), de nouveau à Carpiagne (77-80) — où il commande un groupe d'escadrons, à Marseille (53e GD/OSA, 81-83) — où il est promu lieutenant-colonel.

En octobre 1985, il fait valoir ses droits à retraite et quitte l'institution militaire.

Après une seconde carrière dans le civil, Walter VESTER rejoint les rangs de l'ANA RICM et la 7e Section du Sud-Est. Administrateur national, il sera également secrétaire puis président de cette Section pendant plusieurs années, contribuant à son essort mais aussi à l'accueil chaleureux et efficace des membres des autres Sections participant chaque année au rassemblement des TDM à Fréjus.

Le lieutenant-colonel (er) Walter VESTER était chevalier de la Légion d'honneur et titulaire, entre autres, de la croix de la Valeur militaire avec deux faits de guerre, de la croix du Combattant volontaire avec agrafe Afrique du Nord et de la croix du Combattant.

Fidèle à l'Arme et à ses valeurs de solidarité, Walter VESTER était adhérent à la carte du Marsouin-Bigor.

Compte-tenu des conditions sanitaires actuelles et du confinement généralisé, ses obsèques se sont déroulées dans la plus stricte intimité au crématorium de La Seyne-sur-Mer, le jeudi 2 avril 2020. Le drapeau de la 7e Section était présent car Jean-Louis DEHAIES habitant à proximité avait pu faire le déplacement avec le précieux emblème dont il a la garde. Merci à lui.

L'ANA RICM présente ses condoléances attristées à toute la famille du défunt confrontée à cette cruelle disparition. Notre association partage bien évidemment le chagrin de toutes et tous et plus particulièrement celui de notre frère d'armes Pierre VESTER, son fils, membre de la 7e Section.

JACQUES BONALDI | 1952-2020

JACQUES BONALDI

1952-2020

02-04-2020 - 12:00

Les Anciens du RICM et de la 4e Section ont appris avec tristesse le décès, à la suite d'une longue maladie, de M. Jacques BONALDI, adjudant-chef en retraite, survenu le samedi 21 mars 2020. Il avait 68 ans.

Après une déjà longue carrière dans les TDM, Jacques BONALDI avait été affecté au RICM en 1997 comme chef de l'atelier Armement-Petit calibre (APC). Il avait quitté le régiment en 2001.

Il avait servi en Nouvelle-Calédonie (71-73), en Guyane (78-80, 94-96) et à Djibouti (87-89) mais aussi en missions de courte durée au Cameroun (Fév/Mai 98) et en République de Côte d'Ivoire (Nov 98-Mars 99)

L'adjudant-chef (er) Jacques BONALDI était médaillé militaire et titulaire, entre autres, de la médaille d'outre-mer.

Fidèle à l'Arme et à ses valeurs de solidarité, Jacques BONALDI était adhérent à la carte du Marsouin-Bigor.

Compte-tenu des conditions sanitaires actuelles et du confinement généralisé, ses obsèques se sont déroulées dans la plus stricte intimité (En attente du lieu et de la date).

Partageant sa peine, l'ANA RICM présente ses sincères condoléances à la famille de notre camarade défunt.

JACQUES LAJOIE | 1933-2020

JACQUES LAJOIE

1933-2020

23-03-2020 - 18:00

Les Anciens du RICM et de la 1re Section ont appris avec tristesse le décès de leur grand Ancien M. Jacques LAJOIE, caporal-chef en retraite, survenu le lundi 16 mars 2020. Il allait avoir 87 ans.

Engagé au titre des troupes coloniales à la fin de l'année 1951, Jacques LAJOIE débarque au Tonkin en février 1952. Après deux prolongations de séjour, il ne rentrera en métropole qu'en avril 1955. Au cours de cette longue période opérationnelle en Indochine, il est affecté au RICM et sert successivement au 3e peloton de l'escadron de Vedettes (février 1952), à l'EHR pour être détaché à la 5e compagnie fluviale vietnamienne (juin 1954), au 2e escadron (Août 1954) puis au 5e escadron (Février 1955). Avec les deux premières unités — jusqu'au cessez-le-feu du 28 juillet 1954, il participe activement aux opérations lancées et sera cité à l'ordre du régiment.

De retour en métropole, temporairement affecté au RMT (Pontoise) et nommé caporal, il est muté au 6e RTS stationné au Maroc (Août 1955). En septembre 1956, avec la 3e compagnie de ce régiment il est engagé dans l'opération Mousquetaire et rejoint Chypre dans l'attente d'un éventuel débarquement en Egypte. Il est alors promu caporal-chef. En janvier 1957, il passe à la CCAS du 6e RTS. Enfin, en avril 1957, il est affecté au I/23e RIC en opérations en Algérie (Ameur El Aïm) puis à la CCAS de ce régiment. Le 12 juin 1957, il termine son contrat et quitte l'institution militaire.

Jacques LAJOIE était médaillé militaire et titulaire, entre autres, de la croix de guerre des TOE et de la croix du Combattant volontaire, agrafe Indochine.

Fidèle à l'Arme et à ses valeurs de solidarité, Jacques LAJOIE était adhérent à la carte du Marsouin-Bigor.

La crémation s'est déroulée ce jour, lundi 23 mars 2020, à Hilchenbach, en Allemagne, où il résidait. Une cérémonie religieuse sera organisée le jeudi 30 avril 2020 dans cette même ville.

L'ANA RICM partage le chagrin de sa famille à laquelle elle présente ses sincères condoléances.

HÉLÈNE DEPRÉ | 1943-2020

HÉLÈNE DEPRÉ

1943-2020

13-03-2020 - 15:10

Nous avons appris avec tristesse le décès, à la suite d'une longue maladie, de madame Hélène DEPRÉ, survenu le mardi 17 mars 2020 à l'âge de 76 ans. Veuve de notre camarade Jacques DEPRÉ décédé le 7 mars 2017, elle était membre de la 3e Section.

Ses obsèques se sont déroulées ce jour, vendredi 20 mars 2020, en l'église paroissiale de Saint-Avé (56890), Saint Gervais-Saint Protais, dans la stricte intimité familiale compte-tenu de l'épidémie du COVID-19 qui sévit actuellement et des consignes de confinement en vigueur sur tout le territoire national.

L'ANA RICM s'associe au chagrin de toute une famille à laquelle elle présente ses sincères condoléances.

RENÉ RENNES | 1936-2020

RENÉ RENNES

1936-2020

18-03-2020 - 10:30 / Texte modifié le 20-03-2020 - 15:10

Nous avons appris avec tristesse le décès, à la suite d'une longue maladie, de M. René RENNES, major en retraite, survenu le lundi 9 mars 2020, dans sa 84e année. Il n'appartenait pas à notre association.

La carrière militaire de René RENNES commence en 1950, comme enfant de troupe, à l'école militaire de Tulle; il a 14 ans. En 1954, il s'engage, passe par l'école de cavalerie de Saumur, poursuit sa formation de "blindé colonial" à Nîmes et embarque pour le Sénégal à la fin de l'année 1956.

Après ce séjour de 30 mois au cours duquel il participe à l'opération Écouvillon en Mauritanie, il retrouve la métropole pour peu de temps. Il est rapidement désigné pour le 57e RI stationné en Algérie où il sert jusqu'à l'été 1961.

C'est en 1964 qu'il est affecté pour la première fois au RICM, de retour d'un séjour au Tchad (Groupement saharien n°4/5e CSPIMa-Moussoro).

Entre 1966 et 1974, il sert successivement au Niger (AMT), en Allemagne (43e RIMa) et au Cameroun (AMT).

De retour en terre bretonne en 1974, c'est à Vannes, au 3e RIMa, qu'il est affecté. Avec ce régiment, il participe à l'opération Tacaud au Tchad. Six ans plus tard, il débarque en Côte d'Ivoire, une fois encore dans le cadre de l'AMT.

A la fin de ce séjour, il retrouve le RICM où, de 1982 à 1986, il occupe les fonctions de chef d'atelier 2B et d'officier mécanicien.

Son dernier séjour outre-mer, à Djibouti, sera suivi d'une affectation à Nantes (9e RCS) avant de quitter l'institution militaire en 1991.

Le major (er) RENNES était médaillé militaire et titulaire, entre autres, de la croix du Combattant.

Ses obsèques se sont déroulées au funérarium de Plescop le vendredi 13 mars 2020 en présence du drapeau et de membres de l'amicale du 3e RIMa, à laquelle il appartenait, et de quelques anciens du RICM : Pascal ENGEL, Michel FOURRAGE, Jacques LACHAUX, Monique ROBERT et Gérard ROUSSEL.

L'ANA RICM s'associe au deuil de sa famille et partage son chagrin.

ARMAND PARADEIS | 1958-2020

ARMAND PARADEIS

1958-2020

27-02-2020 - 19:30

Nous avons appris le décès à Madagascar, où il résidait depuis plusieurs années, de M. Armand PARADEIS, sergent-chef honoraire, à l'âge de 61 ans. Il n'appartenait pas à notre association.

Engagé volontaire en octobre 1976 au GITDM de Fréjus, Armand PARADEIS avait servi au RICM, à Vannes, de 1978 à 1986 puis de 1988 à 1994. En escadron de combat, il avait participé aux opérations extérieures au Tchad, en RCA, au Liban et en Arabie Saoudite.

Il avait par ailleurs effectué un séjour en Nouvelle-Calédonie, deux à Djibouti et un à Dakar.

Affecté au RMT en décembre 1996, il avait quitté le service actif en juillet 1998 après un stage de reconversion.

Le sergent-chef PARADEIS était titulaire, entre autres, de la Croix de Guerre des TOE avec une citation à l'ordre du régiment, de la Croix du Combattant, de la Médaille d'Outre-Mer — avec agrafes Tchad, Liban, Moyen-Orient — et de la Médaille de la Défense nationale échelon Or.

Décédé le 16 février 2020 à Nossi-Bé, c'est là qu'il a été inhumé en présence de son camarade M. Alain KNISPEL qui, en véritable frère d'armes, l'a accompagné dans ses derniers jours de vie. Qu'il en soit ici vivement remercié.

L'ANA RICM s'associe à la peine de ceux qui comptaient encore pour notre camarade expatrié.

Zina FENEUX | 1962-2020

ZINA FENEUX

1962-2020

05-02-2020 - 22:30

C'est avec une grande tristesse que nous avons appris de notre camarade Gille FENEUX le décès de son épouse Zina, survenu le 1er février 2020 à l'âge de 58 ans.

Ses obsèques se sont déroulées ce jour en l'église Saint-Georges de Noyant-la-Gravoyère (49520) en présence du général Jean-Gabriel COLLIGNON, secrétaire général de l'ANA RICM, de Gérard ROUSSEL et Alain HÉNAFF, président et vice-président de la 3e Section et de Christian SOLER, ancien chef de peloton (77-80) de Gilles FENEUX, accompagné de son épouse.

Les Anciens de l'ANA RICM renouvellent ici leurs sincères condoléances à notre frère d'armes plongé dans un immense chagrin après cette disparition brutale et cruelle, ainsi qu'à ses nombreux enfants et petits-enfants.

MICHELINE MONCE | 1927-2019

MICHELINE MONCE

1927-2019

31-12-2019 - 17:30

C'est avec tristesse que nous venons d'apprendre le décès, survenu il y a quelques jours, de madame Micheline MONCE, veuve de notre grand Ancien Philippe MONCE, disparu le 9 mars 2016.

Ses obsèques se sont déroulées ce jour en l'église Saint-Cornély de Carnac en présence de M. Daniel NERVET, président des médaillés militaires de Carnac et membre de la 3e Section, qui représentait notre association.

Les Anciens de l'ANA RICM renouvellent ici leurs sincères condoléances à la grande famille de la défunte et se souviennent avec émotion de son époux, brillant marsouin de notre Arme et de notre régiment.

JEAN BOHNERT | 1935-2019

JEAN BOHNERT

1935-2019

20-12-2019 - 11:20

La 7e Section est de nouveau en deuil avec le décès de M. Jean BONHNERT survenu le dimanche 15 décembre 2019. Il était dans sa 85e année.

Appelé du contingent, Jean BOHNERT avait rejoint le RICM en Algérie en avril 1956 pour être affecté au 3e escadron comme pilote de véhicule blindé. Volontaire et courageux, il s'était distingué en opérations et avait été cité à l'ordre de la brigade. Après avoir été libéré du service actif en septembre 1958, il avait été rappelé comme réserviste entre 1960 et 1962 pour servir au sein de la 803e compagnie d'ouvriers du service du Matériel (COSM) à Constantine.

Notre Ancien, marsouin de 1re classe, était médaillé militaire et titulaire, entre autres, de la croix de la Valeur militaire avec un fait de guerre. Il avait par ailleurs reçu le diplome d'honneur de porte-drapeau en 1982.

Fidèle à l'Arme et à ses valeurs de solidarité, Jean BOHNERT était adhérent à la carte du Marsouin-Bigor.

Ses obsèques se sont déroulées le vendredi 20 décembre 2019 au complexe funéraire de Grammont à Montpellier (34000) en présence du colonel Ramatchandirin RAVI, président honoraire de la 7e Section, qui a prononcé l'éloge funèbre.

L'ANA RICM renouvelle ici ses condoléances attristées à la famille de ce beau soldat et partage sa peine.

CLAUDE NEBECKER | 1935-2019

CLAUDE NEBECKER

1935-2019

20-12-2019 - 11:20

La 7e Section est en deuil avec le décès de M. Claude NEBECKER survenu le dimanche 15 décembre 2019. Il venait d'entrer dans sa 85e année.

Engagé volontaire pour trois ans, Claude NEBECKER avait rejoint le RICM en Algérie en avril 1956 pour être affecté au 3e escadron. Chef d'équipe de grenadiers-voltigeurs, il s'était distingué à différentes reprises au cours des opérations et, pour son calme, son sang-froid et son courage, avait été cité deux fois à l'ordre de la brigade. En mars 1959, à l'approche de la fin de son contrat, il était rentré en métropole et avait quitté l'institution militaire.

Notre Ancien, marsouin de 1re classe, était médaillé militaire, chevalier de l'Ordre national du Mérite et titulaire, entre autres, de la croix de la Valeur militaire avec deux faits de guerre.

Fidèle à l'Arme et à ses valeurs de solidarité, Claude NEBECKER était adhérent à la carte du Marsouin-Bigor.

Ses obsèques se sont déroulées le jeudi 19 décembre 2019 à BEZOUCE (30320) en présence de MM. Edmond TAULELLE, vice-président de la 7e Section, Daniel BRAUX et Jean-Pierre GOUTORBE.

L'ANA RICM renouvelle ici ses condoléances attristées à la famille de ce beau soldat et partage sa peine.

RENÉ HYARDIN | 1925-2019

RENÉ HYARDIN

1925-2019

18-12-2019 - 09:45

La 3e Section vient d'apprendre par hasard le décès de M. René HYARDIN survenu le mardi 21 mai 2019. Il était dans sa 94e année.

René HYARDIN s'était engagé au titre des troupes coloniales en septembre 1945, pour quatre ans. Il avait rejoint le RICM en Indochine en octobre 1946, affecté au 1er peloton du 1er escadron en opérations au Tonkin. Il avait été cité à l'ordre du régiment au cours de ce séjour opérationnel.

En avril 1949, il était rentré en métropole et avait quitté l'institution militaire à la fin de son contrat.

Notre grand Ancien, marsouin de 1re classe, était médaillé militaire et titulaire, entre autres, de la croix de guerre des TOE.

Ses obsèques se sont déroulées le vendredi 24 mai 2019 à Rennes.

L'ANA RICM a une pensée attristée pour ce valeureux soldat et regrette de n'avoir pu assister à ses obsèques par manque d'information.

PIERRE VEYRIER | 1931-2019

PIERRE VEYRIER

1931-2019

17-12-2019 - 12:30

La 1re Section est en deuil avec le décès de M. Pierre VEYRIER, lieutenant en retraite, survenu le mardi 10 décembre 2019. Il venait d'entrer dans sa 89e année.

Engagé à la fin des années 40, le sergent Pierre VEYRIER avait servi une première fois au RICM en Indochine entre avril 1951 et juillet 1957. Affecté au 1er peloton du 4e escadron comme chef de groupe porté, il avait été cité deux fois, à l'ordre de la division et de la brigade.

Adjudant-chef, il avait retrouvé le RICM à Vannes en 1964. Chef du 1er peloton AML du 3e escadron, il avait quitté le régiment en juillet 1965.

En métropole, il avait servi par ailleurs au RCCC, au 1er RBIMa, au RMT et au 21e RIMa. Outre l'Indochine, son parcours de colonial l'avait conduit en Algérie, en Côte d'Ivoire et à Madagascar.

Au cours de sa retraite, notre grand Ancien avait participé pendant de nombreuses années aux activités de la FNAOM-ACTDM comme administrateur.

Le lieutenant (er) Pierre VEYRIER était médaillé militaire et titulaire, entre autres, de la croix de guerre des TOE avec deux faits de guerre.

Fidèle à l'Arme et à ses valeurs de solidarité, Pierre VEYRIER était adhérent à la carte du Marsouin-Bigor.

Ses obsèques se sont déroulées le lundi 16 décembre 2019 au funérarium de Montpellier en présence du colonel (er) Ramatchandirin RAVI représentant l'ANA RICM.

Notre association renouvelle ici ses condoléances atttristées à la famille de ce fidèle et généreux marsouin plongée dans la peine.

CHRISTOPHE MARQUAILLE | 1965-2019

CHRISTOPHE MARQUAILLE

1965-2019

13-12-2019 - 18:10

C'est avec tristesse que nous avons appris de nos camarades de la 4e Section le décès de M. Christophe MARQUAILLE, caporal-chef en retraite, survenu le jeudi 28 novembre 2019. Il était dans sa 55e année.

Il avait servi au 5e escadron du RICM comme moniteur IEC (88-90 et 92-95) puis à partir de 1997 au 6e escadron, toujours dans la même spécialité, assumant par ailleurs la lourde fonction de président des EVAT du régiment.

Christophe MARQUAILLE avait effectué deux missions opérationnelles en Ex-Yougoslavie et également séjourné à Djibouti. Il était titulaire de la médaille de la Défense nationale échelon Or.

Ses obsèques se sont déroulées le mercredi 4 décembre au funérarium de Poitiers en présence du chef de corps et de nombreux cadres d'active du régiment. Le drapeau de la 4e Section porté par Eric MARTIN était présent, entouré de Joseph DUPEYRON, Stéphane LÉGER et Dominique JAFFRÉ.

L'ANA RICM renouvelle ici ses sincères condoléances à sa famille frappée par cette disparition prématurée et dramatique.

GILLES GABORY | 1928-2019

GILLES GABORY

1928-2019

24-11-2019 - 16:45

Nous avons appris avec tristesse le décès de M. Gilles GABORY, lieutenant honoraire, survenu le mardi 19 novembre 2019. Il venait d'avoir 91 ans.

Gilles GABORY s'était engagé dans les troupes coloniales à la fin des années 40. Il avait effectué deux séjours en Indochine au cours desquels il avait été cité deux fois à l'ordre de la division, puis à l'ordre de la brigade et du régiment. En Algérie, il avait été cité deux fois à l'ordre de la brigade. Il avait servi par ailleurs à Madagascar et au Sénégal.

Déjà adjudant-chef, il avait rejoint le RICM (4e escadron) au mois de décembre 1963 et l'avait quitté en juillet 1964.

Réserviste pendant 12 ans, il avait été promu au grade de lieutenant et acquis l'honorariat de son grade lors de son adieu définitif à l'institution.

Le lieutenant Gilles GABORY était officier de la Légion d'honneur, médaillé militaire et titulaire, entre autres, de la croix de guerre des TOE et de la croix de la Valeur militaire avec six faits de guerres.

Fidèle à l'Arme et à ses valeurs de solidarité, Gilles GABORY était adhérent à la carte du Marsouin-Bigor.

Ses obsèques se sont déroulées le vendredi 22 novembre 2019 en l'église Sainte-Marie Madeleine de Geneston (44140) en présence de Michel KERDRAON représentant la 3e Section.

L'ANA RICM renouvelle ici ses condoléances attristées à la famille de ce beau comabattant et soldat de l'Arme.

JEAN JACQUOT | 1925-2019

JEAN JACQUOT

1925-2019

23-11-2019 - 15:00

Dans la peine, sa famille nous a appris le décès de M. Jean JACQUOT, chef de bataillon en retraite, survenu le lundi 4 novembre 2019 à l'âge de 94 ans. Il n'appartenait plus depuis longtemps à notre association.

Commencée dans la Résistance, la carrière de Jean JACQUOT s'est poursuivie en Indochine, en Algérie et à Madagascar comme sous-officier, jusqu'au grade d'adjudant-chef.

Nommé sous-lieutenant le 1er janvier 1962, il rentre de Madagascar en décembre 1963 pour être affecté, avec le grade de lieutenant, à l'escadron blindé d'instruction des troupes de marine (EBITDM) de Nîmes. En septembre 1964, après la dissolution de l'EBITDM, il rejoint le RICM à Vannes.

Après un séjour en Côte d'Ivoire entre 1966 et 1968, il retrouve le RICM où il commande l'ECS de 1970 et 1972.

De nouveau muté en Côte d'Ivoire en 1972, il quitte l'institution militaire à son retour en 1974.

Le commandant Jean JACQUOT était officier de la Légion d'honneur, médaillé militaire, chevalier de l'Ordre national du Mérite et titulaire, entre autres, des croix de guerre 1939-1945 et des TOE, de la croix de la Valeur militaire, de la croix du volontaire de la Résitance et de la médaille commémorative des services volontaires de la France Libre.

Ses obsèques se sont déroulées le mardi 13 novembre 2019 à Manosque (04100) en présence de Marc BYLICKI, représentant les Anciens du RICM.

Notre assocation s'associe au chagrin de la famille et salue la mémoire de ce beau soldat des troupes coloniales et de marine.

DENIS FIOL | 1923-2019

DENIS FIOL

1923-2019

03-11-2019 - 19:20

La 1re Section nous a appris avec tristesse le décès de l'un de nos très grands Anciens, M. Denis FIOL, survenu le lundi 9 septembre 2019. Il allait avoir 96 ans.

Résidant en Algérie, Denis FIOL s'était engagé pour la durée de la guerre en octobre 1941 au titre du RICM et avait servi au 1er puis 3e bataillon (9e cie).

En mars 1943, à la suite de la réorganisation de RICM en régiment de reconnaissance, il avait été affecté dans un régiment d'infanterie de la 9e DIC. Après le débarquement de Provence auquel il avait participé, il avait combattu en Alsace où il avait été blessé par éclats de mines en février 1945. Il avait été cité à l'ordre du régiment.

Denis FIOL était médaillé militaire et titulaire de la croix de Guerre 1939-1945 et de la croix du Combattant volontaire.

Ses obsèques civiles se sont déroulées le mardi 17 septembre 2019 au crématorium de l'Arche de Mareuil-lès-Meaux (77).

L'ANA RICM partage la peine de la famille de ce marsouin qui s'était engagé sans réserve pour la Libération de la Patrie.

JEAN-MARIE LEGERON | 1948-2019

JEAN-MARIE LEGERON

1948-2019

02-11-2019 - 23:45

Nous avons appris avec tristesse le décès de M. Jean-Marie LEGERON survenu le dimanche 20 octobre 2019. Il allait avoir 71 ans.

Marsouin de 2e classe, appelé du contingent (68/2B [sept68 - déc69]), notre camarade avait servi au RICM comme cavalier porté puis conducteur.

Ses obsèques se sont déroulées le jeudi 24 octobre 2019, en l'église de Grosbliederstroff (57520).

L'ANA RICM présente ici ses sincères condoléances à sa famille meurtrie par ce deuil.

SIMONE GABRIELLI | 1923-2019

SUZANNE GABRIELLI

1923-2019

25-10-2019 - 10:55

Nos camarades de la 7e Section nous ont informés du décès de Mme Simone GABRIELLI, survenu le dimanche 20 octobre 2019, dans sa 97e année.

Elle était la veuve de M. Robert GABRIELLI, ancien administrateur national, décédé en janvier 2007.

Ses obsèques se sont déroulées le jeudi 24 octobre 2019 en l'église Saint-Jean de La Valette-du-Var (83160) en présence de M. Jean-Louis DEHAIES qui représentait l'ANA RICM.

Notre association renouvelle ici ses sincères condoléances à la famille dans le chagrin.

ANDRÉ BERTRAND | 1929-2019

ANDRÉ BERTRAND

1929-2019

23-10-2019 - 21:30

Nos camarades de la 5e Section nous ont annoncé avec tristesse le décès de M. André BERTRAND, adjudant en retraite, survenu le jeudi 17 octobre 2019. Il était dans sa 91e année.

Engagé volontaire en 1948 au titre du régiment colonial de reconnaissance n°2 (ex-RCCC qui redevienda RCCC quelque temps plus tard), André BERTRAND effectue sa formation initiale de blindé colo au CICAB de Tarascon.

En 1949, il rejoint l'Indochine et le RICM. Marsouin de 1re classe, il est affecté au 1er escadron comme pilote de char. Après un passage dans les services, promu caporal-chef, il retrouve le terrain comme tireur sur half-track.

En 1953, il est affecté au RCCC en Allemagne. Après un passage au 4e RIC de Toulon, entre 1954 et 1955, il retourne au RCCC. De 1956 à 1958, il sert à Madagascar comme sous-officier administratif. En 1961, il débarque en Algérie, affecté à la 64e compagnie de transit d'outre-mer installée à Constantine. Chef comptable et sergent-major, il effectue ensuite un séjour en Nouvelle-Calédonie avant de terminer sa carrière au centre mobilisateur de Châlons-sur-Marne en 1966.

Membre de l'ANA RICM depuis 1983, André BERTRAND avait été président de la 5e Section pendant plusieurs années avant de passer la main au général Jean NICHON en 2007. Président honoraire de cette Section, il avait néanmoins conservé la fonction de trésorier jusqu'en 2017.

L'adjudant (er) André BERTRAND était médaillé militaire et titulaire, entre autres, de la croix du Combattant volontaire avec agrafe Indochine

Ses obsèques se sont déroulées le mardi 22 octobre 2019 en l'église de Saint-Priest (69800), en présence du général Jean NICHON, président de la 5e Section, qui a prononcé l'éloge funèbre, et des membres suivants : colonel (er) André CLERT, Yves DOUSSOT, Guy MARTINEZ, Sébastien NICHON, Grégory VAN LERBERGHE.

L'ANA RICM renouvelle ici ses condoléances émues à la nombreuse famille de notre frère d'armes plongée dans le chagrin.

CHRISTIAN BESSON

1947-2019

23-10-2019 - 21:30

Nos camarades de la 4e Section nous ont annoncé avec tristesse le décès de M. Christian BESSON, major en retraite, survenu le dimanche 13 octobre 2019. Il était dans sa 73e année.

Christian BESSON avait commencé sa longue carrière militaire au RICM, sur les rangs du 4e escadron stationné alors au camp de Meucon. De 1966 à 1968, caporal-chef puis sergent, il avait occupé les fonctions d'instructeur FETTA, de moniteur auto-école et de comptable munitions et essence.

Comme ceux de sa génération, il avait effectué plusieurs séjours de longue durée outre-mer : Tchad (1968-1970), Côte d'Ivoire (1976-1978), Djibouti (1982-1984), Guyane (1987-1989). En métropole, il avait servi, entre autres, au Régiment de Marche du Tchad (RMT).

Retaité militaire, il avait rejoint la réserve opérationnelle dans laquelle il avait continué à servir pendant 10 ans.

Le major (er) Christian BESSON était médaillé militaire et titulaire, entre autres, de la croix du Combattant et de la médaille d'Outre-mer avec agrafe Tchad.

Fidèle à l'Arme et à ses valeurs de solidarité, Christian BESSON était adhérent à la carte du Marsouin-Bigor.

Ses obsèques se sont déroulées le mardi 22 octobre 2019 en l'église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge de Nancras (17600), en présence de Patrick FAUCHER qui représentait la 4e Section.

L'ANA RICM présente ses sincères condoléances à la famille de notre frère d'armes dans la peine.

JACQUES BOURQUIN | 1925-2019

JACQUES BOURQUIN

1925-2019

01-10-2019 - 19:40

Nos grands Anciens nous quittent peu à peu, nous laissant à chaque fois dans une réelle tristesse. Jacques BOURQUIN, sergent-chef en retraite, s'est éteint le 26 septembre 2019 dans sa 95e année.

Dès 1943, il intègre un maquis d'une vingtaine d'hommes mis sur pied dans la région de Colombier-Châtelot (Doubs) par Henri BOURLIER dit TITO. A partir du mois de mars 1944, il participe avec succès à dix-sept missions de destructions ferroviaires diverses. Le 23 août 1944, avec son maquis, il rejoint celui du Lomont où se rassemblent tous les résistants de la région. Au sein du corps franc TITO, jusqu'au 15 septembre 1944, il est engagé dans divers combats contre l'ennemi autour du massif du Lomont.

Le 20 septembre 1944, il quitte les FFI avec 300 autres volontaires commandés par le capitaine Sartout pour former le Groupe d'Escadrons Portés (GEP) qui doit servir d'infanterie au RICM. Affecté au 5e peloton (Ancien corps franc TITO) du 6e escadron, sous les ordres du sous-lieutenant BOURLIER, il est de tous les combats des campagnes d'Alsace et d'Allemagne qu'il termine avec six citations.

Le 2 juillet 1945, les volontaires, dont il fait partie, signent leur engagement pour continuer la guerre contre le Japon en Extrême-Orient. Début octobre, avec armes et bagages, le RICM se déplace vers Marseille. Le 12 octobre, Jacques BOURQUIN embarque avec ses camarades sur l'Orontes. Après le débarquement en Indochine, le 3 novembre 1945, il participe activement aux opérations qui se succèdent pour reprendre le contrôle de la Cochinchine et du Sud-Annam. En mai 1946, une partie du RICM dont le GEP rejoint le Tonkin. Dans cette région, Jacques BOURQUIN participe, entre autres, aux durs combats de Haïduong en décembre 1946 où son charismatique chef de section, Henri BOURLIER, est tué. De retour en métropole en 1947, il est démobilisé.

Authentique résistant puis marsouin du RICM, engagé pour la durée de la guerre, Jacques BOURQUIN, chef de groupe de combat redoutable a rempli son contrat avec brio et un courage à toute épreuve. Il était chevalier de la Légion d'honneur, médaillé militaire et titulaire, entre autres, des croix de guerre 1939-1945 et des TOE avec sept faits de guerre reconnus.

Il avait été le dernier président de l'amicale TITO dissoute en août 2018.

Selon son souhait, dans la plus stricte intimité familiale, il a été incinéré ce jour, 1er octobre 2019. La messe d'enterrement de ses cendres se déroulera le samedi 12 octobre 2019 à Colombier-Fontaine (25260).

L'ANA RICM partage la peine de toute une famille à laquelle elle présente ses condoléances attristées.

ROGER TALVAS | 1926-2019

ROGER TALVAS

1926-2019

17-09-2019 - 22:15

Roger TALVAS, adjudant-chef en retraite, l'un de nos derniers grands Anciens s'est éteint le vendredi 13 septembre 2019 dans sa 94e année.

En s’engageant dans les Troupes coloniales en octobre 1945, Roger TALVAS n’imaginait probablement pas qu’il deviendrait un soldat d’élite dans l’Arme d’élite qu’il avait choisie !

Après son apprentissage de cavalier blindé au régiment colonial de chasseur de chars (RCCC) stationné en Allemagne, il débarque en Indochine en 1947. Sergent, il est affecté au 2e escadron du RICM. Pendant 32 mois, principalement au Tonkin, comme chef de bord d’engin blindé ou chef de patrouille, il va effectuer toutes les missions propres à son unité : ouvertures de piste, escortes de convoi, appui à l’infanterie, reconnaissances offensives. Missions qui seront presque toujours ponctuées par des embuscades ou des combats meurtriers. Il sera ainsi de tous les coups durs sur cette terrifiante RC4 jalonnée par les tombes sommaires des tués et les carcasses noircies des véhicules ; mais il sillonnera également à différentes reprises la RC3.

Le caractère bien trempé de Roger Talvas, son mépris du danger allié à un indéniable sens de la manœuvre et du terrain lui permettront de se sortir de bien des mauvais pas en infligeant des pertes significatives à un adversaire pugnace.

Quatre citations viendront alors récompenser son engagement et son courage.

Après un bref séjour au Maroc, il reprend le chemin de l’Extrême-Orient en 1951. De nouveau au Tonkin, il est chef de poste dans la région de Sept-pagodes. Il passe ensuite aux commandos nord-vietnam, désigné pour ses qualités militaires exceptionnelles et son esprit d’initiative. En 1953, il retrouve la sinistre RC4 et occupe un poste à 20 kilomètres de la frontière chinoise où il commande une centaine de combattants vietnamiens. Il quitte l’Indochine cette année-là, avec deux nouvelles citations et la Médaille militaire qui lui été concédée à titre exceptionnel.

Entre 1955 et 1957, il est affecté en Mauritanie comme adjoint dans un peloton méhariste. Ses savoir-faire de combattant aguerri sont de nouveaux mis en valeur au cours d’un accrochage où il prend le commandement de son peloton dont le chef a été mis hors de combat. Une nouvelle citation s’ajoute aux précédentes.

Enfin, en Algérie, entre 1958 et 1960, comme chef de section d’infanterie, il se distingue en toutes occasions dans la recherche et l’anéantissement des éléments rebelles dans son secteur. Outre une citation gagnée, il se réjouira de n’avoir perdu aucun homme – hormis quelques blessés – au cours des 27 mois de campagne vécus sur cette terre africaine.

Les armes se sont tues et Roger Talvas entre en 1961 dans le cycle normal des affectations propres à l’Arme. Outre-mer, il sert ainsi au Sénégal et à Djibouti, alternant avec des mutations à Nantes, Vannes – où il retrouve le RICM – et Saint-Malo où il met un terme à une remarquable carrière de combattant et de sous-officier exemplaire et humble, respecté et admiré de tous.

Officier de la Légion d’honneur, médaillé militaire, chevalier de l’Ordre national du Mérité, titulaire – entre autres décorations – de la croix de guerre des TOE et de la croix de la Valeur militaire avec huit faits de guerre, l’adjudant-chef Roger Talvas avait été fait commandeur de la Légion d’honneur en 2017.

Ses obsèques se sont déroulées ce jour, mardi 17 septembre 2019, en la basilique Notre-Dame-de-Paradis à Hennebont (56700), en présence de Gérard ROUSSEL, président de la 3e Section qui a prononcé l'éloge funèbre, et du drapeau porté par Charles-Robert BEAUGÉ, entourés par Michel GOUAS, Alain GARCIA, Gérald RYDER et christian SOLER.Les drapeaux de la Légion d'honneur, de la Médaille militaire et de l'UNC étaient présents avec de nombreux présidents d'associations patriotiques ainsi qu'une délégation des Anciens du 3e RIMa. L'hymne de l'infanterie de marine a été chanté a cappella après les honneurs militaires.

L'ANA RICM renouvelle ici ses condoléances à la famille de notre grand Ancien et s'associe à son immense chagrin.

MAURICE HASNIER | 1956-2019

MAURICE HASNIER

1956-2019

11-09-2019 - 16:15

C'est avec tristesse que nous avons appris le décès de M. Maurice HASNIER, capitaine en retraite et membre de la 4e Section, survenu le 5 septembre 2019. Il était dans sa 63e année.

Notre camarade avait servi, entre autres, à la CEA du 3e RIMa avant de rejoindre, comme adjudant-chef, le 4e escadron (Missiles HOT) du RICM où il avait été nommé lieutenant.

Au cours de sa carrière qui s'était terminée en 2009 comme officier de tir au camp de Queylus, il avait participé à 14 OPEX (Tchad, RCA, Rwanda, Mauritanie, Ex-Yougoslavie, ...) et servi en Guyane.

Maurice HASNIER était chevalier de la Légion d'honneur, médaillé militaire, officier de l'Ordre national du Mérite et titulaire de la croix de la Valeur militaire avec deux citations.

Ses obsèques se sont déroulées le lundi 9 septembre 2019 en l'église Sainte-Thérèse de Montauban (82000) en présence de Jean-Jacques CAOURÉ (4S), Gérard CONÉJÉRO (4S) et PIERRE VESTER (7S).

Fidèle à l'Arme et à ses valeurs de solidarité, Maurice HASNIER était adhérent à la carte du Marsouin-Bigor.

L'ANA RICM renouvelle ici ses sincères condoléances à sa famille et à ses proches dans la peine.

(Photo et informations complémentaires bienvenues)

FRANCO URBINI | 1922-2019

FRANCO URBINI

1922-2019

14-07-2019 - 16:05

L'un des tout derniers du RICM ayant débarqué en Provence en août 1944 vient de disparaitre. Franco URBINI s'est éteint le mardi 2 juillet 2019, dans sa 97e année.

Au cours de l'été 1941, convoqué pour rejoindre les Chantiers de jeunesse de l'État français, Franco URBINI décide de s'engager afin de rejoindre l'Afrique du Nord et une unité combattante. Après bien des vicissitudes, il débarque en Algérie le 15 janvier 1942 et rejoint le RICM au Maroc le 3 février où il signe son engagement définitif.

Franco URBINI est l'un des rares marsouins à être titulaire d'un permis de conduire. Il va donc successivement occuper différentes fonctions liées à cette qualité et participer activement à la motorisation du RICM à partir de 1943. Pour le débarquement qui s'annonce, il est finalement affecté au 2e escadron de reconnaissance du capitaine Jean COUTURIER comme mécanicien.

En novembre 1944, en Alsace, il se distingue au cours d'un dépannage particulièrement risqué. Sous le feu de mitrailleuses et de mortiers, il récupère le corps de l'un de ses camarades tué à son poste de combat et participe au dépannage et au remorquage de deux véhicules de son escadron. Son calme et sa présence d'esprit ont ainsi évité la perte de deux véhicules de combat. Pour cet acte de bravoure il sera cité à l'ordre de la division.

Il ne franchira pas le Rhin avec son escadron car il est hospitalisé pour maladie au cours d'une permission début mars 1945. Il rejoint son unité le 15 mai pour être muté au 21e RIC quelques semaines plus tard.

C'est donc avec son nouveau régiment qu'il débarque en Indochine en janvier 1946. Il participe aux opérations en Cochinchine et au Tonkin mais, débrouillard au possible, il occupe également diverses fonctions de service dans lesquelles il excelle. Libérable, en juin 1947 il embarque pour la France où il est démobilisé dès son retour.

Le marsouin de 2e classe Franco URBINI était chevalier de la Légion d'honneur, médaillé militaire et titulaire de la croix de guerre 1939-1945 avec un fait de guerre. Il était membre de la 7e Section depuis 1964 et jusqu'à l'année passée avait fréquemment participé aux grandes cérémonies du RICM.

Ses obsèques se sont déroulées le mercredi 10 juillet 2019 en l'église du Prado à Cannes, en présence du président de la 7e Section, Marc BYLICKI, du drapeau porté par Jean-Louis DEHAIES, et de Louis BETTI, Alexandre KONG-TOAN-ON (avec le drapeau de l'ANA21), Claude MARCHESSAUX et Maurice ROUMEGAS.

L'ANA RICM renouvelle ici ses condoléances attristées à la famille de ce vieux soldat qui n'avait pas hésité à rejoindre ceux qui souhaitaient se battre pour la liberté de notre Patrie.

AUGUSTE BOEUF | 1930-2019

AUGUSTE BOEUF

1930-2019

03-07-2019 - 18:30

Nous avons appris avec tristesse la disparition de M. Auguste BOEUF, chef de bataillon en retraite, survenue le jeudi 27 juin 2019. Ce grand Ancien de la 4e Section venait d'avoir 89 ans.

Il avait servi, comme caporal-chef, au sein du 4e escadron du RICM en Indochine de juillet 1950 à mai 1953. Son courage au feu et sa détermination lui avaient valu d'être cité à trois reprises au cours de ce séjour opérationnel (Division, brigade et régiment).

De novembre 1958 à novembre 1960, en Algérie, adjudant-chef, c'est avec le 2e escadron qu'il s'était une fois encore distingué, obtenant ainsi une nouvelle citation à l'orde de la brigade.

Après avoir accédé à l'épaulette, il avait servi de nouveau au RICM entre 1964 et 1967, puis entre 1970 et 1972 comme officier auto.

Sa carrière s'était terminée à Dakar avec le grade de chef de bataillon.

Le commandant Auguste BOEUF était chevalier de la Légion d'honneur, médaillé militaire, officier de l'Ordre national du Mérite et titulaire, entre autres, de la croix de guerre des TOE et de la croix de la Valeur militaire avec quatre faits de guerre.

Ses obsèques se sont déroulées le lundi 1er juillet 2019 en l'église Notre-Dame de la Nativité de Doix-lès-Fontaines (Fontaines 85200) en présence du général (2S) Jean-Gabriel COLLIGNON, secrétaire-général de l'ANA RICM, qui a lu l'éloge funèbre, de Michel CORBIN, vice-président de la 4e Section, entouré du drapeau porté par Lionel BOULIN et de Joseph DUPEYRON, Aimé MUNCK et Philippe RAT.

L'ANA RICM, dans la compassion, renouvelle ici ses condoléances à la famille de ce grand soldat de l'Arme et partage son immense peine.

CHRISTIANE DERIVIERE | 1946-2019

CHRISTIANE DERIVIÈRE

1946-2019

07-06-2019 - 15:30

Ce jour, vendredi 7 juin 2019 à 10:30, se sont déroulées à Saint-Planchers (50) les obsèques de madame Christiane DERIVIÈRE, décédée à l'âge de 73 ans, le lundi 3 juin 2019. Elle était l'épouse de notre Ancien, de la 3e Section, Jean DERIVIÈRE.

L'ANA RICM était représentée par M. Alain HÉNAFF, vice-président de la 3e Section, accompagné de MM. Jean-Pierre LAMADON et Jean-Pierre PIOT, ce dernier délégué départemental de la Manche.

Notre association renouvelle ici ses condoléances attristées à notre Ancien et à sa famille meurtris pas cette cruelle disparition.

ERIC LELOUP | 1933-2019

Éric LELOUP

1933-2019

18-05-2019 - 13:15

C'est avec tristesse que nous avons appris le décès de M. Éric Leloup, survenu le 26 avril 2019 dans sa 86e année.

Éric Leloup n'avait pas servi au RICM mais comme appelé au 5e Hussards à Fritzlar (Allemagne), à partir du 9 septembre 1954. Nommé maréchal-des-logis en février 1956, il avait ensuite participé à la guerre d'Algérie, dans les rangs du 9e Hussards, de juillet 1956 à février 1957. Après avoir été libéré de ses obligations militaires, il avait servi pendant 14 ans dans les Réserves.

Il avait rejoint la 1re Section de l'ANA RICM en 2015, par amitié et parce que son père Jacques Leloup avait servi au RICM, au Maroc, comme appelé, de décembre 1924 à octobre 1925.

Eric Leloup, également membre de l'UNABCC et des « Hussards de Lauzun » (5e Hussards) était chevalier de la Légion d'honneur.

L'ANA RICM présente ici ses sincères condoléances à la famille d'un fidèle frère d'armes et partage sa peine.

HENRI JACOULET | 1924-2019

HENRI JACOULET

1924-2019

16-05-2019 - 08:40

La 1re Section a appris tardivement le décès, survenu le 2 février 2019, de M. Henri JACOULET, adjudant-chef en retraite. Il allait avoir 95 ans.

Engagé en septembre 1942, Henri JACOULET avait participé à la IIe Guerre Mondiale au cours de laquelle il avait été cité à deux reprises. Sergent-chef, il avait rejoint le RICM en Indochine en mai 1947 et servi au 4e escadron, comme chef de groupe porté jusqu'en octobre 1949. De 1950 à 1953, il avait effectué un second séjour en Indochine dans une autre unité. Au cours de ces cinquante-six mois en Extrême-Orient, trois citations lui avait été décernées dont une à l'ordre de l'armée. Pour la 3e guerre dans laquelle il avait été engagé, en Algérie, entre 1958 et 1960, il avait obtenu une sixième citation.

Son parcours de marsouin l'avait conduit également en AOF (1954-1957) et en AEF (1961-1963).

Henri JACOULET était officier de la Légion d'honneur, médaillé militaire et titulaire des croix de guerre 1939-1945 et des TOE et de la croix de la Valeur militaire. Entre autres décorations, il avait reçu la croix du Combattant volontaire avec agrafe « 1939-1945 ».

L'ANA RICM présente ses condoléances attristées à la famille de ce grand et glorieux Ancien et partage sa peine.

ALBERT TONOLI | 1957-2016

ALBERT TONOLI

1957-2016

20-04-2019 - 16:00

C'est bien tardivement que nous avons appris le décès d'un Ancien de la 1re Section qui n'appartenait plus à notre association depuis plusieurs années. M. Albert TONOLI, caporal-chef en retraite, est décédé le 26 avril 2016 dans sa 59e année.

Engagé au CIITDM de Fréjus en 1974, il avait servi au 33e RIMa en Martinique, au 3e RIMa à Vannes et au BIMa à Tahiti avant d'être affecté au 4e escadron du RICM à Vannes où il avait quitté l'institution militaire en 1981.

L'ANA RICM a une pensée pour lui et sa famille.

JEAN COUCHOT | 1925-2019

JEAN COUCHOT

1925-2019

20-04-2019 - 12:00

Nous avons appris hier, avec tristesse, le décès de M. Jean COUCHOT, survenu le samedi 13 avril 2019. Il venait d'avoir 94 ans.

En mars 1943, à 18 ans, Jean COUCHOT est désigné pour le Service du Travail Obligatoire (STO). En janvier 1944, après s'être caché pendant plusieurs mois, il rejoint le groupe de résistants de Dampierre-les-Bois (Doubs) et participe à de nombreuses opérations, notamment de sabotage. Le 15 août 1944, avec son maquis, il rejoint celui du Lomont où se rassemblent tous les résistants de la région. Faisant partie d'une section déjà bien structurée, jusqu'au 15 septembre 1944 il est engagé dans divers combats contre l'ennemi autour du massif du Lomont.

Le 16 septembre 1944, il quitte le maquis avec 300 autres volontaires commandés par le capitaine SARTOUT pour former le Groupe d'Escadons Portés (GEP) qui doit servir d'infanterie au RICM. Affecté au 2e peloton du 5e escadron, il est de tous les combats de la campagne d'Alsace au cours de laquelle il est blessé à deux reprises. Une première fois à Rosenau, le 13 décembre, par balle à la jambe gauche et une seconde fois, le 26 mars 1945, dans la forêt de la Robertsau, par éclats de minen qui lui occasionnent une double fracture ouverte au pied. Il est évacué sur Aurillac et termine cette campagne avec une citation à l'ordre de la division.

Le 28 juin 1945, il retrouve le RICM en Allemagne. Le 2 juillet, les volontaires, dont il fait partie, signent leur engagement pour continuer la guerre contre le Japon en Extrême-Orient. Début octobre, avec armes et bagages, le RICM se déplace vers Marseille. Le 12 octobre, Jean COUCHOT embarque avec ses camarades sur l'Orontes. Après le débarquement en Indochine, le 3 novembre 1945, il participe activement aux opérations qui se succèdent pour reprendre le contrôle de la Cochinchine et du Sud-Annam. En mars 1946, malade, trop faible, il ne peut embarquer pour le Tonkin avec le GEP et reste affecté à la 9e DIC dans le sud du pays. Après de nouvelles complications de santé, il est rapatrié sanitaire à la fin du mois de novembre 1946 pour être libéré de ses obligations militaires quelque temps plus tard.

Jean COUCHOT était chevalier de la Légion d'honneur, médaillé militaire, titulaire, entre autres, de la croix de Guerre 1939-1945 et de la croix du Combattant volontaire.

Ses obsèques se sont déroulées en l'église de Bourogne (90140) le jeudi 18 avril 2019 en présence de ses frères d'armes du GEP encore valides.

Avec un profond respect, l'ANA RICM, s'associe au chagrin de la famille de notre grand Ancien et rend hommage au jeune combattant qui, au péril de sa vie, s'était engagé pour la libération de la France.

RAYMOND BORNEK | 1925-2019

RAYMOND BORNEK

1925-2019

19-04-2019 - 16:55

C'est avec tristesse que nous avons appris tardivement le décès de M. Raymond BORNECK, survenu au mois de janvier 2019. Il était dans sa 95e année.

A l'appel de la Résistance, il avait rejoint le maquis du Lomont en juillet 1944 et s'était porté volontaire pour servir au sein du Groupe d'Escadrons Portés (GEP) formé à partir de ce maquis. Avec le 5e escadron (4e peloton), il avait participé à la campagne d'Alsace puis à celle d'Allemagne. Blessé le 14 avril 1945 à Memprechtshofen, il avait été cité à l'ordre du régiment. Libéré de ses obligations militaires, il avait quitté le RICM en septembre 1945.

Biologiste, spécialiste des abeilles et de l'apiculture mondialement reconnu, Raymond BORNECK avait été à l'origine de la fédération internationale des organisations apicoles dont il avait été le président de 1985 à 2000.

Notre grand Ancien était chevalier de l'Ordre national du Mérite, commandeur du Mérite agricole, titulaire de la croix de Guerre 1939-1945 et de la croix du Combattant. Malgré l'incitation de ses camarades, il n'avait jamais envoyé son dossier afin d'obtenir une Médaille militaire qu'il méritait bien.

Ses obsèques se sont déroulées en janvier 2019 dans la plus stricte intimité familiale; ce qui ne doit pas empêcher l'ANA RICM de partager aujourd'hui la peine de ses proches et rendre hommage au jeune combattant qui, au péril de sa vie, s'était engagé pour la libération de la France.

MICHEL DEMETTRE | 1929-2019

MICHEL DEMETTRE

1929-2019

09-04-2019 - 05:20

Les membres de la 3e Section ont appris avec tristesse le décès de l'un de leurs grands Anciens M. Michel DEMETTRE survenu le mardi 2 avril 2019, à l'âge de 90 ans.

Engagé pour trois ans au titre de l'infanterie coloniale en juin 1948, Michel DEMETTRE avait rejoint le RICM, en Indochine, en décembre de cette année-là. Affecté au 3e escadron comme pilote de half-track, il avait participé aux meurtriers combats de la RC4 entre Langson et Cao-Bang (décembre 1949-avril 1950) puis dans la région de Dinh-Lap (avril 1950-mars 1951). Marsouin volontaire et courageux voire téméraire, il avait été cité à l'ordre du régiment pour être allé récupérer l'un de ses camarades blessé sous le feu ennemi. En fin de contrat en avril 1951, il avait été rapatrié vers la métropole.

Le marsouin de 1re classe, Michel DEMETTRE était médaillé militaire et titulaire, entre autres décorations, de la croix de guerre des TOE et de la croix du Combattant volontaire.

Ses obsèques se sont déroulées le lundi 8 avril 2019, en l'église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul de Pléneuf Val-André (22) en présence du président de la 3e Section Gérard ROUSSEL, du vice-président Alain HÉNAFF et du drapeau porté par Jacky LEBORGNE, délégué départemental des Côtes d'Armor.

L'ANA RICM renouvelle ici ses sincères condoléances à l'épouse de notre frère d'armes plongée dans un immense chagrin et aux proches de ce vieux et fidèle soldat.

PAULETTE BERNARD | 19..-2019

PAULETTE BERNARD

19..-2019

29-03-2019 - 08:00

C'est avec tristesse que nous venons d'apprendre le décès, le 27 mars 2019, de madame Paulette BERNARD, veuve de notre grand Ancien Jean Eugène BERNARD, disparu le 8 février dernier.

Les Anciens de l'ANA RICM présentent leurs sincères condoléances à sa fille Marie-France, membre de la 4e Section, et s'associent à sa peine.

OLIVIER LE CAM | 1926-2019

OLIVIER LE CAM

1926-2019

21-03-2019 - 12:30

La 1re Section nous a signalé le décès, survenu au mois de février, de M. Olivier LE CAM. Il était âgé de 93 ans.

Notre grand Ancien s'était engagé en octobre 1945 pour servir en Allemagne (RCCC ?) puis avait rejoint le RICM en Indochine en mai 1947.

Affecté au 1er peloton du 4e escadron comme conducteur de jeep blindée jusqu'en avril 1949, il avait été cité à l'ordre du régiment et avait reçu par ailleurs une lettre de félicitations du commandant du IIIe bataillon du 3e REI.

Marsouin de 1re classe, Olivier LE CAM était titulaire de la croix de guerre des TOE avec un fait de guerre, de la croix du Combattant et de la médaille coloniale avec agrafe "Extrême-Orient".

Fidèle à l'Arme et à ses valeurs de solidarité, Olivier LE CAM était adhérent à la carte du Marsouin-Bigor.

Les Anciens du RICM, avec tristesse, partagent la peine de la famille de ce frère d'armes.

JEAN EUGÈNE BERNARD | 1930-2019

JEAN EUGÈNE BERNARD

1930-2019

24-02-2019 - 14:00

Nos camarades de la 4e Section nous ont appris avec tristesse le décès de M. Jean Eugène BERNARD survenu le 8 février 2019 à l'âge de 89 ans.

Exceptionnel parcours militaire que celui de Jean Eugène Bernard.

En mars 1944, il a tout juste 14 ans et intègre le bataillon FFI Foch créé au nord de la Charente. Le 1er septembre suivant, il s’engage pour la durée de la guerre. En avril 1945, dans les combats de la Poche de Royan, il est gravement blessé en portant secours à son chef de section mortellement touché. Il est cité à l’ordre de la division pour son courage exemplaire et son mépris du danger.

Démobilisé en février 1946, il s’engage de nouveau en janvier 1948, au titre des troupes coloniales cette fois et rejoint le RCCC stationné en Allemagne. Volontaire pour l’Indochine, il débarque à Haïphong en juin 1948 pour être affecté au 2e escadron du RICM. Il est rapatrié sanitaire après 21 mois d’opérations. En août 1950, il débarque en Tunisie, affecté au 3e RTS où il est promu caporal. En fin de contrat en janvier 1952, il est rapatrié et rayé des contrôles de l’Armée.

En février suivant, adieu les troupes coloniales, il signe un troisième contrat d’engagement, au titre du 1er RI qu’il rejoint en Allemagne. Rapidement promu caporal-chef, il est volontaire pour la Corée où il débarque en septembre 1952. Sur les rangs de la 1re cie du BFONU, il participe aux opérations de guerre jusqu’au cessez-le-feu. Il est cité à l’ordre de la division. De retour au 1er RI en février 1954, sergent, il est en fin de contrat et quitte ce régiment début mars pour rejoindre ses foyers.

Nouvel engagement au titre du 126e RI en avril 1954. En octobre, il est en Algérie où il sert aux 2e et 6e bataillons de tirailleurs algériens (BTA). En avril 1956, contrat arrivé à échéance, il rentre en métropole pour être une fois encore rayé des contrôles.

Un cinquième contrat signé en novembre 1956 le conduit au 24e bataillon de chasseurs portés (BCP). En septembre 1957, il est affecté au 8e bataillon de tirailleurs tunisiens où il est promu sergent-chef. En décembre 1958, il est muté au 20e BCP stationné en Algérie (10e RM). Chef de section dynamique et courageux, il est cité à l’ordre de la brigade pour son efficacité en opérations.

En juin 1961, il est rapatrié en métropole et affecté au CI du 18e bataillon de chasseurs à pied.

Au cours des années suivantes, il sert successivement au 24e GCP (Allemagne), où il sera promu adjudant en 1962, au 3e RI (Niort), au bureau de recrutement de Poitiers, où il est admis dans le cadre spécial et admis d'office dans le corps des sous-officiers de carrière, à la 42e compagnie divisionnaire et enfin au centre mobilisateur de Magnac-Laval. Il quitte le service actif en janvier 1980 et la réserve en janvier 1985, avec l'honorariat de son grade.

L’adjudant (H) Jean Eugène Bernard était chevalier de la Légion d’honneur, médaillé militaire, officier de l’Ordre national du Mérite et titulaire des croix de guerre 1939-1945 et des TOE et de la croix de la Valeur militaire avec quatre faits de guerre. Sa croix du Combattant volontaire comportait quatre barrettes : 1939-1945 – Indochine – Corée – Afrique du Nord. Il était titulaire de nombreuses autres médailles françaises et étrangères.

Ses obsèques se sont déroulées le mercredi 13 février 2019, dans la matinée, en l'église paroissiale de Vivonne (86370) en présence des Anciens de la 4e Section (à préciser!).

L'ANA RICM renouvelle ici ses sincères condoléances à sa fille Marie-France, à sa famille et à leurs proches.

HENRI BOISTAULT | 1931-2019

HENRI BOISTAULT

1931-2019

22-02-2019 - 19:20

La 3e Section vient de perdre l'un de ses vieux soldats. M. Henri BOISTAULT, adjudant-chef en retraite, nous a quittés le samedi 16 février 2019. Il était dans sa 88e annnée.

En juillet 1949, Henri Boistault s’engage pour trois ans au titre du 6e régiment de tirailleurs sénégalais (RTS) en garnison au Maroc. Il vient d’avoir dix-huit ans.

Il suit une formation d’opérateur radiotélégraphiste et obtient avec succès les qualifications de premier niveau. Il est nommé sergent le 1er janvier 1951.

Désigné pour continuer ses services en Indochine, il débarque à Saïgon en juillet 1951 pour être affecté au 13e RTS. L’année suivant, il passe au 26e bataillon de marche de tirailleurs sénégalais (BMTS), corps dans lequel il prolonge son séjour de six mois. Au cours de ce tour opérationnel, toujours volontaire, il est cité à l’ordre du régiment pour son allant et son courage au feu.

Il rentre en métropole en janvier 1954 pour être affecté au régiment colonial de chasseurs de chars (RCCC) stationné en Allemagne. Après avoir perfectionné ses connaissances techniques et obtenu les qualifications du 1er degré en exploitation des transmissions, il est de nouveau désigné pour l’Extrême-Orient.

En décembre 1955, il est ainsi affecté au 1er escadron RICM. Le 31 mars 1956, cet escadron est dissous et il rejoint l’escadron autonome de reconnaissance du Laos (EARL) où il est promu sergent-chef. Après la dissolution de l’EARL, fin décembre 1956, il passe au 5e bataillon d’infanterie colonial. Ce deuxième séjour indochinois se termine en mars 1957.

Après un congé de fin de campagne, il est affecté à l’école militaire de Cherchell, en Algérie, au mois d’août 1957 puis, en août 1958, il rejoint le centre d’instruction des unités de tirailleurs sénégalais de la 10e région militaire (RM).

Rapatrié en métropole en novembre 1959, il est affecté à l’école d’artillerie anti-aérienne de Nîmes où il est admis dans le corps des sous-officiers de carrière.

En mai 1961, il retrouve l’outre-mer avec une affectation à Madagascar où il sert au 14e BIMa. Promu adjudant le 1er avril 1962, Il est rapatrié fin 1963 après 30 mois de séjour.

Après avoir obtenu le 2e degré de spécialité Transmissions, il rejoint le RICM, à Vannes, en septembre 1964, où il commande le peloton de transmissions régimentaires comme adjudant puis adjudant-chef, grade dans lequel il est promu en décembre 1965.

En février 1969, il est affecté à l’EAABC de Saumur où il fera valoir ses droits à pension de retraite l’année suivante. Il quitte l’institution militaire le 1er octobre 1970.

L’adjudant-chef Henri Boistault était médaillé militaire, titulaire, entre autres, de la croix de Guerre des TOE et de la croix du Combattant.

Ses obsèques se sont déroulées en l'église paroissiale de Soulaines-sur-Aubance, le mercredi 20 février après-midi. Le général Jean-Gabriel COLLIGNON a lu l'éloge funèbre. Autour de son drapeau porté par Gilles FENEUX, la 3e Section était représentée par son président Gérard ROUSSEL, son vice-président Alain HENAFF et MM. Daniel CHEVALIER (accompagné de son épouse), Michel KERDRAON, Bernard MARCHAIS, Jean-Claude PERON. Une délégation de marsouins du comité Maine-et-Loire était présente avec son président Patrice HUET et son drapeau. Présent également le drapeau des médaillés militaires de la 606e section de Saumur.

L'ANA RICM renouvelle ici ses condoléances attristées à la famille de notre Ancien.

ROBERT DAUBA | 1923-2019

ROBERT DAUBA

1923-2019

22-02-2019 - 12:15

C'est avec tristesse que nous avons appris le décès de M. Robert DAUBA, chef de bataillon en retraite, survenu le samedi 9 février 2019 à l'âge de 95 ans. Il n'appartenait pas à notre association.

Robert DAUBA avait commencé sa carrière militaire dans les FFI puis l'avait poursuivie dans les troupes coloniales et de marine comme transmetteur. Il avait servi en Allemagne, en Indochine, en Corée, en Algérie, en Tunisie et au Maroc.

Sa dernière affectation avait été le RICM où il avait assumé les fonctions d'officier des transmissions à la fin des années 60.

Officier de recrutement rang, le chef de bataillon Robert DAUBA était officier de la Légion d'honneur et titulaire de la croix de guerre des TOE avec une citation et de la croix du Combattant.

Ses obsèques se sont déroulées le jeudi 14 février 2019 en l'église Saint-Pierre d'Arradon en présence des anciens combattants de l'UNC locale, de leur drapeau et de leur président Jean-Yves HILIQUIN. Le président de la 3e Section Gérard ROUSSEL et Thierry PETITPAIN étaient également présents.

L'ANA RICM adresse ses sincères condoléances à la famille de ce vieux soldat, l'un des derniers à avoir participé à la IIe Guerre Mondiale

ERNEST PELLEAU | 1936-2019

ERNEST PELLEAU

1936-2019

29-01-2019 - 16:00

C'est avec beaucoup de tristesse que tous ceux qui l'ont bien connu ont appris le décès de M. Ernest PELLEAU, chef de bataillon en retraite, survenu le jeudi 24 janvier 2019 à l'âge de 82 ans.

En octobre 1954, Ernest PELLEAU s’engage pour trois ans, au titre du RCCC, alors stationné en Allemagne. En mars 1956, déjà caporal, il passe au bataillon de marche du RCCC qui est projeté en Algérie. Il est promu caporal-chef au mois d’octobre. Au mois de novembre, dans le cadre de l’affaire du canal de Suez, il participe à l’opération 700 « Amilcar » mais ne débarque pas en Egypte.


Affecté au GITCM de Fréjus le 1er janvier 1957, il acquiert à Nîmes la qualification « Blindé » et rengage pour trois ans. Il est nommé sergent le 1er février 1958.

En octobre 1958, il débarque au Sénégal pour son premier séjour outre-mer de longue durée. Affecté à la 3e brigade d’AOF, il rejoint le 2e régiment colonial interarmes à Kati (Actuel Mali). Ce régiment devient 5e RIAOM en décembre 1958.

Il rentre en métropole en mai 1961. En octobre de cette même année, promu sergent-chef, il retrouve l’Algérie. Il est affecté à la 1re compagnie du 21e RIMa alors en opérations. L’année suivante, il est admis dans le corps des sous-officiers de carrière. En janvier 1963, il est rapatrié avec le 21e RIMa qui s’installe au camp de Sissonne. Il change d’affectation et passe au groupement d’instruction du régiment.

Le 30 janvier 1964, il débarque en Côte française des Somalies pour un nouveau séjour. Il sert au 61e EBIMa (57e RIAOM). Il est promu adjudant en juillet 1966 et termine ce séjour le mois suivant.

Il retrouve l’Allemagne en janvier 1967 avec une affectation au 43e RBIMa, stationné à Offenbourg, qui devient 43e RIMa l’année suivante. Le 1er octobre 1969, il est promu adjudant-chef.

En janvier 1972, sa carrière militaire prend une nouvelle orientation. Il est nommé sous-lieutenant au titre du rang et s’envole le mois suivant pour le Niger. A Niamey, comme chef de peloton, il sert au 42e EBIMa, détachement du 4e RIAOM de Côte d’Ivoire. Il est promu lieutenant en janvier 1974 et rapatrié au mois de mars.

Il découvre un nouveau régiment avec le RMT de Montlhéry où il est affecté en juin 1974. Après avoir servi au 3e escadron, il devient officier adjoint à la CCS, qu’il commande provisoirement pendant quatre mois, puis commande le peloton de dépannage, réparation et évacuation (PDRE).

En septembre 1977, il s’envole pour La Réunion où il est affecté au 2e RPIMa comme officier mécanicien. Il y est promu capitaine en janvier 1978.

A la fin de ce séjour dans l’Océan Indien, il est affecté au RICM qu’il rejoint en décembre 1979. Il y commande l’ECS entre 1980 et 1982, sous les ordres du colonel Collignon. A l’issue de son temps de commandement, il prend les fonctions d’officier de tir du régiment. En 1983, au Liban, pendant cinq mois, il est adjoint au chef du bureau logistique de l’état-major de la FMSB.

Pour son cinquième et dernier séjour outre-mer, il retrouve Djibouti en août 1983. Il y sert au titre de l’assistance militaire technique (AMT).

En septembre 1985, il est de retour à Vannes, comme officier mécanicien du 3e RIMa. L’année suivante, il passe au RICM comme chef des services techniques. Il est promu chef de bataillon le 1er janvier 1987. Dans cette dernière fonction, il se distingue par ses hautes compétences, sa rigueur et son efficacité lors du contrôle technique du mois de mai 1987 qui lui valent un témoignage de satisfaction du général commandant la 9e DIMa. Cette année-là, à sa demande, il est placé en position de retraite après 33 ans de service et quitte le RICM le 2 octobre.


Le chef de bataillon Ernest PELLEAU était chevalier de l’Ordre national du Mérite, titulaire des croix du Combattant volontaire et du combattant, de la médaille d’Outre-mer avec agrafe « Liban », de la médaille de la Défense nationale échelon Bronze avec agrafe « TDM » et de la médaille commémorative des opérations de sécurité et de maintien de l’ordre en AFN.


Ses obsèques se sont déroulées le mardi 29 janvier en l'église Saint-Sauveur de Dinan. Le général Jean-Gabriel COLLIGNON a prononcé l'éloge funèbre, louant les éminentes qualités professionnelles et humaines de son ancien subordonné. Le vice-président de la 3e Section, Alain HÉNAFF, et le drapeau porté par Mikaelé MATILÉ (ancien conducteur du défunt à l'ECS) étaient entourés par Charles-Robert BEAUGÉ, Daniel BRAUX (7e Section, ancien officier adjoint du défunt à l'ECS), René CORNET, Michel FOURRAGE, Alain GARCIA, Jean-Claude PERRON et Christian SOLER

JOSEPH MURACCIOLE | 1920-2019

JOSEPH MURACCIOLE

1920-2019

23-01-2019 - 11:00

C'est avec une grande tristesse que les Anciens du RICM ont appris le décès de notre grand Ancien Joseph MURACCIOLE, lieutenant-colonel en retraite. Il s'est éteint le mercredi 16 janvier 2019, dans sa 99e année.

C’est à Toulon, le 29 mars 1941, que Joseph MURACCIOLE s’engage au titre du RICM alors stationné au Maroc.

Rapidement gradé, dès le début de l’année 1943 il participe à la transformation du RICM, alors régiment d’infanterie, en régiment de reconnaissance de la 9e DIC. Il est affecté au 4e escadron de reconnaissance comme chef de patrouille sur jeep le jour de sa nomination au grade de sergent.

Le 21 août 1944, il débarque en Provence avec son unité et participe aux combats pour la prise de Toulon. En novembre, il se distingue à Ueberstrass, au moment de la libération de Seppois-le-Bois par son escadron avec lequel il sera de tous les combats jusqu’au mois de décembre et cité à l’ordre de la division. Promu sergent-chef, il est alors désigné pour suivre les cours de l’école militaire interarmes de Cherchell en Algérie.

Après le stage de formation, il est nommé aspirant d’active et retrouve le RICM et le 4e escadron en Allemagne au mois d’août 1945. En novembre, il débarque à Saïgon avec le régiment pour être engagé dans toutes les opérations destinées à pacifier la Cochinchine mais également le Cambodge. Sous-lieutenant d’active depuis décembre 1946, il est rapatrié en juin 1947.

De décembre 1947 à mars 1949, il sert en Tunisie, au 3e RTS comme chef de la section de chars du régiment. Lieutenant d’active, désigné pour continuer ses services en AEF, il est affecté à l’escadron de chars de Pointe Noire au Gabon avant de prendre le commandement du détachement du Bataillon de tirailleurs coloniaux du Gabon à Mitzic.

De nouveau affecté au 3e RTS en Tunisie en mai 1952, malgré un volontariat pour l’Extrême-Orient, il obtient finalement satisfaction l’année suivante et rejoint le RICM au Tonkin. Chef de peloton au 3e escadron d’auto-mitrailleuses, il se couvre de gloire, en août 1953, lors de la défense acharnée du poste de Van Tri face à un bataillon vietminh. Blessé sérieusement, cité à l’ordre de l’armée, il est fait chevalier de la Légion d’honneur. En décembre, lieutenant, il prend le commandement du 4e escadron de chars qui devient 3e escadron de chars en octobre 1954. Pendant ce temps de commandement, au cours duquel il est promu capitaine, deux nouvelles blessures au feu et deux nouvelles citations à l’ordre de l’armée viennent confirmer ses remarquables qualités de chef au combat.

Il rejoint la métropole en juin 1955, affecté au RCCC stationné en Allemagne. Avec le bataillon de marche de ce régiment, il débarque en Algérie en mars 1956. Officier renseignement, il fait preuve d’efficacité et d’audace et obtient une nouvelle citation à l’ordre de la brigade. En novembre, il participe à l’opération « Hamilcar » visant à libérer le canal de Suez mais finalement ne débarque pas en Egypte. Le 1er janvier 1957, il prend le commandement du 1er escadron d’AMX13 avec lequel il se montre une fois de plus à la hauteur de la situation. Fin manœuvrier et plein d’élan, il est cité à l’ordre de la division pour les remarquables résultats obtenus en opérations.

A partir du mois de juillet 1958, la vie de Joseph MURACCIOLE va changer de rythme, loin des champs de batailles qu’il a connus depuis 1944. Au cours des quatorze années suivantes, il servira à Fréjus (4e RIC), au Sénégal (67e RIMa), en Allemagne (43e RBIMa), où il sera promu chef de bataillon, à Carpiagne (CIABC), à Madagascar (AMT), où il sera promu lieutenant-colonel, et à Vannes, au RICM, où il assumera les fonctions de commandant en second sous les ordres du colonel HILIQUIN. Il quitte l’institution militaire en juin 1972.

Le lieutenant-colonel Joseph MURACCIOLE était commandeur de la Légion d’honneur et de l’Ordre national du Mérite, titulaire de la croix de guerre 1939-1945, de la croix de guerre des TOE et de la croix de la Valeur militaire avec neuf faits de guerre.

Avec ce grand soldat, figure symbolique du RICM, disparaît l’un des ultimes témoins de la grande épopée du débarquement de Provence et de la campagne de France.

Fidèle à l'Arme et à ses valeurs de solidarité, Joseph MURACCIOLE était adhérent à la carte du Marsouin-Bigor.

Ses obsèques se sont déroulées le lundi 21 janvier 2019 en l'église Saint-Georges de Toulon, en présence du général (2S) Jean-Gabriel COLLIGNON, secrétaire général de l'ANA RICM, qui a prononcé l'éloge funèbre, et du général (2S) Patrice SARTRE. Le colonel Ramatchandirin RAVI, président de la 7e Section, et le drapeau porté par Jean-Louis DEHAIES, étaient entourés par Gérard BOURDIER, Gérard BOUSSES, Marc BYLICKI, Roger GABEL, Jean-Paul GIROUD, Henri KLEIN (Drapeau 9e DIC Toulon), Jean-Jacques LECHAT, Christian MATHIEU et madame, Maurice ROUMEGAS, Franco URBINI.

Etaient également présents : M. Patrick CHAMPÊME (Fils de Yvon CHAMPÊME) et madame, deux fils du général HILIQUIN et une délégation des coloniaux de Toulon.

L'ANA RICM renouvelle ici ses sincères condoléances à la famille de notre grand Ancien.